Lettre ouverte au ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec

Lettre ouverte au ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec

Lettre ouverte au ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec

Monsieur le Ministre,

La présente est pour donner suite à deux questions urgentes relatives à l’éducation au Nunavik. 1) L’accréditation des programmes de mathématiques et de science de la Commission scolaire Kativik (CSK) et 2) la nécessité pour le ministère de nommer un représentant relevant d’un sous-ministre afin de travailler avec nous sur une base régulière et de régler les enjeux auxquels nous faisons face. 

Au cours des cinq dernières années, nous avons écrit régulièrement au ministère de l’Éducation afin de demander de l’aide pour régler des questions qui sont au cœur de nos préoccupations dans le cadre de notre mandat et de nos responsabilités en matière d’éducation, sans toutefois obtenir l’attention que nous aurions dû recevoir. L’accréditation des programmes de mathématiques et de science de la Commission scolaire Kativik est un exemple qui illustre à quel point le ministère de l’Éducation a constamment ignoré nos demandes d’aide et de soutien.  En conséquence, les élèves du Nunavik se retrouvent dans une situation pour laquelle la Commission scolaire Kativik et le ministère de l’Éducation sont tous les deux responsables. 

Trois années se sont écoulées depuis que le directeur du développement des programmes d’études, M. Hamel, a pris sa retraite.  Depuis ce temps, aucun représentant n’a été nommé pour travailler sur les questions portant sur le développement des programmes d’études.  Depuis la retraite de M. Hamel, nous avons tenté sans relâche de régler la question de l’enjeu de l’accréditation des programmes avec le ministère.  Cependant, le ministère ne nous a assigné aucun représentant pour travailler avec nous sur cette question.  De plus, le fait que les représentants du ministère changent constamment et ne sont pas familiers avec le Nunavik amène également son lot de défis additionnels.  

Nous sommes toujours dans une impasse et, à ce jour, nous n’avons reçu aucune information nous indiquant que les choses progressent au niveau du ministère.  Étant donné l’importance de l’enjeu de l’accréditation des programmes de la CSK, nous vous demandons de nous faire parvenir immédiatement un calendrier précis expliquant la suite des événements et de prendre des mesures pour compléter les étapes du processus d’accréditation.

J’aimerais également souligner que tout délai relatif à la mise à jour et l’accréditation des programmes de la commission scolaire entraîne des répercussions directes et immenses sur nos élèves et sur tout le Nunavik. Depuis 2014-2015, nos diplômés de secondaire 5 reçoivent une attestation d'équivalence d’études secondaires (AEES), non pas un diplôme d’études secondaires.  L’AEES devait être une mesure temporaire. L’objectif de la commission scolaire est de collaborer avec le ministère de l’Éducation afin d’assurer que tous les élèves du  Nunavik reçoivent un diplôme d’études secondaires à la fin de leurs études de secondaire 5. 

Étant donné les délais pour régler la question de l’accréditation de nos programmes de mathématiques et de sciences, une personne désignée doit soutenir la Commission scolaire Kativik. Le fait que les employés du ministère changent constamment constitue un problème important. 

Les tâches qui nous attendent sont complexes et ne sont pas limitées à l’enjeu important AEES-DÉS. Elles comprennent de nombreux autres enjeux techniques et pédagogiques qui exigent de la coordination au niveau du sous-ministre, conformément à la recommandation 62, iv de la Commission de la vérité et de la réconciliation. 

Je vous rappelle que nous attendons toujours que le ministère de l’Éducation approuve les programmes de mathématiques et de sciences de la Commission scolaire Kativik.  De plus, nous insistons pour que cette question soit traitée de façon prioritaire afin que nos élèves du  Nunavik puissent de nouveau recevoir un diplôme d’études secondaires à la fin de leurs études secondaires. 

Nous sommes impatients de recevoir une indication claire que ces deux enjeux sont priorisés, comme vous l’avez indiqué récemment, soit le 28 avril, durant l’examen des estimations des dépenses d’éducation en 2017-2018 à l’Assemblée nationale.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.

 

Alicie Nalukturuk

Président